lundi, août 20, 2018

L’Economiste Camille Charlemers da dénoncé lundi l’opacité totale qui entoure la politique étrangère du président Jovenel Moïse.M. Charlmers a fait ces déclarations suite au voyage entrepris par le chef e l’Etat  à Taiwan, sans informer la population des ojectifs de ce voyage d’une semaine.

L’économiste affirme ne pas s’expliquer les raisons qui motivent le gouvernement à consolider ses relations avec Taipei  alors que Pekin, pays aux moyens quasi-illimités, est capable d’offrir beaucoup plus que ce que Jovenel Moïse est allé chercher à Taiwan.

Plusieurs questions se posent en Haïti dont la plus courante est la suivante : -Le président Jovenel Moise privilégie-t-il la diplomatie du chéquier de Taiwan qui ne fait pas beaucoup d’exigences, à celle de l’investissement direct de la Chine Continentale  qui  ne fait pas de quartier aux possibles détournements.

Jovenel Moïse s’est rendu là-bas pour un prêt d’environ 150 millions de dollars américains à Haïti, qui devraient être investis dans le secteur de l’énergie.

Il serait aussi allé à Taipei, pour faire étalage, sans trop de garantie, d’une pléiade de priorités dans des domaines comme la reconstruction, les infrastructures, les logements, la production agricole etc…

Mais rien de comparable avec ce que la chine continentale peut offrir.

En effet, pour accepter de rompre avec Taiwan et épouser la Chine Continentale,  la République dominicaine a reçu des promesses d’investissements et de prêts pour une valeur de plus de  3 milliards de dollars, des montants énormes que Taïwan ne peut pas égaler

En juillet 2017, une  délégation chinoise avait séjourné  en  Haïti  pour évaluer les premières pistes concernant la reconstruction de la ville de Port-au-Prince, point de départ de la reconstruction d’une nouvelle Haïti.

Des travaux de grande envergure figuraient dans un accord paraphé entre les différentes parties, telles la construction d’une Centrale Electrique de 600 Mégawatts pour électrifier Port-au-Prince et tout le Pays, la Construction du local de la Mairie, la construction des Marchés, la Construction de plusieurs milliers d’appartements au bas de la ville, la construction d’un chemin de fer reliant Port-au-Prince et le reste d’Haïti, etc.

Cinq Milliards de dollars américains et 20.000 travailleurs de secteurs divers, devaient être  mobilisés pour ces travaux qui étaient prevus pour démarrer avant la fin de l’année 2017.

Selon les informations, les chinois prévoyaient d’investir jusqu’à 30 Milliards de dollars américains en Haïti.

Mais, le principal obstacle venait du fait qu’Haïti n’avait pas de relations diplomatique avec la Chine.

De plus, certaines institutions internationales étaient ausitôt montées au créneau pour faire savoir que l’Etat haïtien était sur le point de violer  ses engagements envers la communauté internationale ».

Mais beaucoup croient aujourd’hui que la cavalcade de Taiwan ne pourra aller bien loin, car moins de 20 pays le reconnaissent à l’ONU et qu’il faudra un jour  peut-être pas trop lointain, admettre que Taïwan est  une partie inaliénable du territoire chinois.

AHP

 

Partager l'article

0 Comments

Leave a Comment