lundi, août 20, 2018

A l’occasion de la célébration de la journée latino américaine de la presse, ce 7 juin, le regroupement des journalistes reporters locaux prônent une amélioration dans le secteur. En conférence de presse, le coordonnateur a.i du RJRL Jacques Innocent, réclame de meilleures conditions de travail pour les journalistes, tout en  invitant ces derniers à se professionnaliser davantage.

Le métier de journaliste est en passe de devenir une vraie passion pour des jeunes en Haïti. La prolifération des écoles offrant des cours de communication en est une preuve. Cependant, beaucoup de jeunes, pour la plupart ceux qui viennent de boucler leurs études classiques, ignorent les aléas de cette profession.

A l’occasion de la journée latino américaine de la presse, le coordonnateur du regroupement des journalistes et reporters locaux, souligne quelques éléments qui compliquent le travail quotidien d’un journaliste dont le manque de transparence de la part du Gouvernement et la maigre rémunération de ces derniers.

En ce sens, Jacques innocent plaide en faveur de meilleures conditions de travail pour les journalistes. Il invite les patrons de media à investir dans ces professionnels qui jouent un rôle important dans la bonne marche de leurs médias.

Les travailleurs de presse eux doivent se professionnaliser davantage. En tant que chien de garde de la démocratie, défenseur de la population à un certain niveau, le coordonnateur du RJRL, Jacques innocent invite ses confrères à respecter scrupuleusement la déontologie du métier.

Ces célébrations réservées au métier de journaliste, sont toujours ponctuées d’une pensée spéciale à l’égard des travailleurs de presse victimes dans l’exercice de leur profession.

Ce jeudi 7 juin, le nom de Vladjimir Legagneur a refait surface, et c’est avec désolation que les membres du regroupement des journalistes et reporters locaux assistent, disent-ils, à la passivité des autorités policières et judiciaires qui lésinent sur les moyens à mettre en place en vue de l’aboutissement de l’enquête.

Georges Allen

Partager l'article

0 Comments

Leave a Comment