jeudi, octobre 18, 2018

Aux Cayes, un public sélect et avisé a, dans le cadre d’une conférence-débat, échangé, vendredi 25 mai, au soir, avec l’historien Michel Soukar autour de la « participation du Sud dans la guerre de l’Indépendance ». Ce public était composé du sénateur Jean Marie Salomon, du doyen du Tribunal civil des Cayes, Me Pierre Ezéchiel Vaval, des femmes juges, des notables dont M. Gérard Charleviré, homme d’affaires bien connu de la métropole du Sud et des professeurs de Sciences sociales, a constaté Haiti Press Network.

Il s’agissait pour le professeur Michel Soukar, invité par la Fondation Solidarité Maurice Jocelyn des Cayes, de promouvoir cette tranche d’histoire longtemps révélée par Me Marcelin Jocelyn, grand-père de l’ancienne ministre, Mme Marie-Laurence Jocelyn Lassègue, mais pourtant dissimulée dans les tiroirs des oubliettes et/ou enterrée dans la poussière de certaines bibliothèques.

Tenant compte de la richesse informative du texte de cet éminent cayen de regretté mémoire, l’écrivain et historien Michel Soukar dit avoir estimé qu’il était nécessaire de republier ce travail intellectuel de Marcelin Jocelyn, ancien homme d’État intègre de la République, dans le cadre de la Collection Textes retrouvés des Éditions C3, avec sa présentation, de manière à porter les gens à mettre les choses à leur place.

D’après le professeur Soukar qui cite l’ex-sénateur de la République, Marcelin Jocelyn (1868-1950), la révolte des esclaves avait pris corps dans le Sud quelques mois avant la cérémonie du Bois Caïman. Il ressort de ce texte de Marcelin Jocelyn, rapporte-t-il, qu’une insurrection servile prit corps sept mois avant celle de la Plaine du Nord, à Port-salut (Sud) en janvier 1791, pour se fortifier dans la région des Plantons en été 1792 devant l’intransigeance des colons.

Une assertion historique importante à savoir : la participation du Sud dans la guerre de l’Indépendance qu’on a presque fait passer sous silence dans l’enseignement de l’histoire du pays à l’école haïtienne, déplore le professeur Michel Soukar.

Mettant l’accent sur la qualité intrinsèque et le côté intellectuel de l’ancien homme de loi (Marcelin Jocelyn), le journaliste-historien a fait savoir que Marcelin Jocelyn qui avait fait des études doctorales à la Sorbonne, fut l’un des Haïtiens les plus cultivés de son temps. Selon M. Soukar, ce dernier devrait servir de modèle à la jeunesse d’aujourd’hui.

Donc, à la conférence-débat déroulée à l’hôtel Mandarine (Cayes) sous les auspices de Mme Marie-Laurence Jocelyn Lassègue, Hervé et Philippe Jocelyn, il était essentiellement question pour le professeur Soukar de faire lumière sur le rôle de déclencheur et fondamental qu’ont joué les sudistes dans la bataille pour la liberté. Une information, révélée bien sûr, dans le texte de Marcelin Jocelyn titré : La guerre de l’Indépendance dans le Sud, 1935.

Très attentifs aux choses de l’esprit et curieux de comprendre quelques points d’ombre de l’histoire d’Haïti en général et du Sud en particulier, les participants n’ont pas manqué, par quelques bonnes questions formulées, d’entrainer le conférencier sur la piste d’un débat alléchant, riche et abondant en termes d’informations, avons-nous observé.

Notons qu’avant de prononcer sa conférence, l’écrivain et historien-chercheur, Michel Soukar qui a déjà réédité 24 œuvres et publié 11 titres, a procédé à la signature du texte de Marcelin Jocelyn qu’il a lui-même réédité et présenté au grand public.

Il faut dire qu’en levée de rideau de cette conférence-débat, dont la coordination a été assurée par Jean Tennysond Borgard, une partie musicale a été offerte par le talentueux guitariste et chanteur du Sud, l’artiste Roustan Jabouin qui a magistralement gratifié l’assistance de beaux morceaux d’antan.

Quid Fondation Maurice Jocelyn

D’après Mme Marie-Laurence Jocelyn Lassègue, la Fondation Solidarité Maurice Jocelyn (FSMJ) existe depuis 1996. Cette fondation qui œuvre dans le culturel et le social a déjà beaucoup travaillé dans le Sud mais aussi dans l’Ouest. Fondée par Mme Lassègue, Lisa François et Marie Hérolle Michel, entre autres, cette fondation a déjà permis à de nombreux jeunes de bénéficier des bourses d’études et autres.

« Quand Michel Soukar a réédité les textes de mon grand-père Marcelin Jocelyn, philosophe et ancien sénateur du Sud, je pensais qu’il était du devoir de la Fondation de faire connaitre cette contribution du Sud dans la guerre de l’Indépendance », déclare fièrement Mme Marie-Laurence Jocelyn Lassègue.

 Alix Laroche

alix.l@hpnhaiti.com

Partager l'article

0 Comments

Leave a Comment