lundi, mai 21, 2018
Partager l'article

Le Comité de pilotage dirigé pour le moment par son vice Président Jean Claude Desgranges, en absence de son Président démissionnaire Mgr Louis Kebreau, veut séduire pour cacher ses faiblesses. Ce Comité mis en place par le chef de l’Etat Jovenel Moise pour préparer le Dialogue national n’arrive pas à s’harmoniser pour trouver la bonne formule pour engager lui même ce DIALOGUE. 

L’ancien Premier Ministre Evans Paul a jeté l’éponge vendredi dans une lettre qui laisse présager une fin malheureuse pour ce comité de pilotage des Etats généraux sectoriels. Entre Rose Anne Auguste et M. Paul le torchon a brûlé au point que l’odeur est parvenue au grand public et pas la moindre.

Evans Paul, comme d’habitude n’est pas allé par quatre chemins pour dénoncer ce qu’il appelle l’esprit de clan, de vengeance politique, de trafic d’influence, d’un manque de respect qui semble caractériser la pensée de ce Comité de pilotage qui doit préparer les États généraux sectoriels de la nation.

Lors d’une rencontre avec la Presse en son local vendredi à la Rue Pipo, Juvenat à Petion Ville, Le vice Président a clairement indiqué que le Comité a pour objectif de produire deux documents de référence : Un document de diagnostic par secteur et un pacte pour la réforme institutionnelle et le progrès économique et social. Ces deux textes devraient construire un compromis général. Dans ce sens, le secrétaire exécutif du comité Louis Naud a souligné lors de cette rencontre que les contentieux doivent être vidés pour faciliter le dialogue et trouver le chemin de ce pacte politique.

L’ancienne Ministre déléguée de Laurent Lamothe pour la lutte contre la pauvreté n’a pas semblé digérer la trop grande influence de Evans Paul au sein de ce comité. Cette femme d’une forte personnalité a rejeté d’un revers de main les propositions faites dans le document de base qui, semble t-il, a été rédigé en grande partie par KP(K-Plim).

Même si Dr Jean Claude Desgranges tente de minimiser l’incident en souhaitant le retour de M. Paul au sein du Comité, cela ne fait aucun doute qu’un malaise frappe cette entité. Le refus de Claude Moise, la démission de Jacques Edouard Alexis et celle de Monseigneur Kebreau considéré comme un proche du pouvoir et l’absentéisme de Madame Michèle Duvivier Pierre Louis et de M. Yrvelt Chery, bref tout cela ne peut pas être pris à la légère.

Il faudra au Président de la République Jovenel Moise trouver la bonne formule pour convaincre les protagonistes à s’asseoir à la même table pour dialoguer et discuter les affaires du pays si jamais ce Comité de pilotage morcelé arrive à produire les deux documents de référence. La route vers Canaan est encore longue.

HPN

Partager l'article

0 Comments

Leave a Comment