vendredi, novembre 16, 2018

Le porte-parole de l’alternative socialiste, Dr Jean Hénold Buteau a indiqué samedi, que l’arrêté présidentiel du 28 mai qui fait obligation au directeur général de la PNH d’avoir l’approbation du CSPN pour les décisions concernant l’institution policière, participe de manœuvres du pouvoir en place, qui cherche à prendre le contrôle de la force répressive en prévision des grognes que risquent de provoquer certaines décisions du président Jovenel Moise.

Le porte-parole du parti ASO, Alternative Socialiste, Jean Hénold Buteau, a indiqué ce samedi, que l’arrêté présidentiel du 28 mai qui contraint le directeur général de la PNH à obtenir l’approbation du conseil supérieur de la police pour toutes les décisions notamment d’ordre administrative de l’institution policière participe des mises en place de l’équipe au pouvoir qui cherche à contrôler la force publique pour mater les mouvements de protestation que risquent de provoquer certaines décisions du gouvernement.

Dr Buteau cite entre autres, l’ajustement annoncé des prix du carburant, rappelant que plusieurs secteurs de la vie nationale, se sont déjà prononcés contre cette mesure et ont annoncé des manifestations à travers le pays si elle est effectivement adoptée.

Ce n’est pas normal, dit Dr Buteau, que la population continue de vivre dans la crasse pendant que les dirigeants du pays vivent dans un luxe qui frôle l’exaspération. Le pire, déplore-t-il, c’est que c’est le peuple qui paie la facture.

Jean Hénold Buteau intervenait en marge d’une conférence débat organisée au local du parti par la ligue des jeunes socialistes, en prélude à la commémoration, ce lundi 4 juin, du 111e anniversaire de la naissance de Jacques Roumain.

Cette conférence-débat portait justement sur l’héritage de l’auteur du “Gouverneur de la rossée” dans la crise sociale actuelle. Les intervenants, Michel Acacia et Claude Roumain, neveu du disparu, ont rappelé la valeur des idéaux de Jacques Roumain.

C’était quelqu’un qui, quoique membre de la bourgeoisie haïtienne, aimait partager et ceci, dès son jeune age, a dit son neveu, Claude qui ajoute que Roumain était convaincu que, quelque soit la nature des problèmes auxquels nous sommes confrontés, il est possible de trouver la solution mais dans l’unité.

Par Dodeley Orélus

Partager l'article

0 Comments

Leave a Comment