vendredi, décembre 14, 2018

Environ 3 mois après la suspension des activités de l’ONG OXFAM Grande Bretagne en Haïti pour implication dans des faits avérés d’abus et d’exploitation sexuels perpétrés dans le pays en 2010, après le séisme du 12 janvier 2010, sur des ressortissants haïtiens en situation de vulnérabilité et de précarité, le ministre de la Planification et de la Coopération Externe a annoncé, ce mercredi 13 juin, le retrait définitif du statut de fonctionnement de cet organisme sur le territoire national.

L’Organisation non-gouvernementale OXFAM Grande Bretagne est déclarée Persona non grata en Haïti ». C’est ce qu’a déclaré  le ministre de la Planification et de la Coopération Externe, lors d’une conférence de presse qui avait pour but d’informer la population en générale du retrait définitif de la reconnaissance du statut de fonctionnement de cet ONG dans le pays.

Cette décision prise par le Gouvernement entraîne la liquidation du patrimoine de l’ONG. Et ce, conformément aux prescrits de l’article 31 du décret du 14 septembre régissant le fonctionnement des ONG en Haïti, peut-on lire dans un communiqué de presse distribué aux journalistes.

Le titulaire du MPCE, Aviol Fleurant en a profité pour lancer une mise en garde contre toute personne ou autre ONG qui tenterait de dissiper les biens de l’OXFAM. Les coupables seront punis conformément à la loi, prévient-il.

Désormais, le Gouvernement veut prendre le contrôle de l’aide financière octroyée  au pays, a lancé ferme  Me Fleurant. Il a annoncé qu’un avant-projet de loi sera acheminé au parlement dans un cours délai.

Préalablement, ce texte sera discuté en conseil des ministres, ce mercredi 13 juin, dans la perspective de régulariser la coopération et la gouvernance du pays.  »Nous avons décidé que l’aide publique soit alignée sur les priorités du Gouvernement. Nous privilégions l’appui budgétaire direct. 60% de cette aide doit toucher directement la population haïtienne », souligne Aviol Fleurant qui précise que l’administration Moïse/ Lafontant ne tolérera pas que des “ONG utilisent des structures en parallèle d’exécution ».

Toujours dans le processus de la régularisation d’aide publique dans le pays, le ministre Fleurant informe que le Gouvernement a pris la décision de discuter sur tout accord, protocole, mémorandum  avec des partenaires techniques et financiers en conseil des ministres. Seul le ministre de la planification et de la Coopération Externe, bénéficiant de la délégation de pouvoir est habilité à signer au non du Gouvernement, conclut le titulaire du MPCE.

Georges Allen source HPN

 

Partager l'article

0 Comments

Leave a Comment