mercredi, décembre 12, 2018

Si elle a beaucoup bougé depuis sa prise de fonction en Haiti comme ambassadeur, ce n’est pas tant pour faire du tourisme, mais “pour le travail”. Elle l’a dit. Dans ses déplacements, Michele J. Sison, l’actuelle représentante du pays de Georges Washington en Haiti, veut surtout s’assurer que ce que font les Etats-Unis sur le terrain corresponde à la vision du président Jovenel Moise.

En tournée la semaine dernière dans le Sud, Michele J. Sinon, ambassadeur des Etats-Unis en Haiti depuis février 2018, a accordé le 27 avril, dans la ville des Cayes, sa toute première entrevue politique à la rédaction de Loop Haiti. Coopération entre Haiti et son voisin américain, Migration, Tourisme, entres autres, ont été les questions abordées par la diplomate dans le cadre de cet entretien.

Dans la foulée, Sison, qui a déjà rencontré le président haïtien, Jovenel MoÏse, n’a pas omis de souligner les efforts déployés par la représentation diplomatique américaine en Haiti, en vue de s’aligner sur les axes prioritaires prônées par l’actuel chef d’Etat haïtien. Elle les connait d’ailleurs par coeur: “Santé, éducation, énergie, réforme de l’Etat, renforcement de l’Etat de droit, encouragement de l’investissement dans le pays, Agriculture”, a-t-elle égrainé presque sans bégayer.

Pour commencer, entre les grandes lignes stratégiques du gouvernement américain vis-à-vis d’Haiti à travers ces entités – dont USAID, département d’Etat – et la vision de l’actuelle administration haïtienne que la première puissance mondiale dit vouloir “soutenir”, il y a bien de points communs. Les deux parties se rejoignent même et ce, dans des domaines cruciaux. Ce sont là les constats de l’ambassadeur à partir de ses tournées.

“J’ai vu que sur tous les 7 axes prioritaires, nous [les USA] avons des programmes de préparations, des programmes d’échanges, d’études et de collaboration sur le terrain”, dit Sison qui a déjà été au Cap-Haitian (Nord) et aux Cayes (Sud). “C’est pourquoi [j’ai effectué] toutes ces visites […], pour avoir l’opportunité de voir ce que nous, comme gouvernement américain, faisons sur le terrain [en lien] avec les 7 axes prioritaires”, a-t-elle soutenu.

En tournée dans le Sud pour observer personnellement les avancées

“L’ambassadeur […] Michele J. Sison, s’est rendue cette semaine dans le Département du Sud pour observer personnellement le partenariat entre les Etats-Unis et Haïti pour renforcer les institutions gouvernementales, accroître les opportunités économiques, améliorer la santé et l’éducation et promouvoir la sécurité et la stabilité”, peut-on lire dans un communiqué de presse de l’ambassade paru 27 avril.

Education. Durant son passage dans le Département, l’ambassadeur a visité l’Ecole Nationale Remy Zamor, un établissement scolaire détruit en 2016 par l’ouragan Mathew et rénové avec l’appui de l’USAID. Dans ce même domaine, “nous avons aussi un programme de curriculum pour les écoles primaires en partenariat avec le Ministère de l’éducation national [et de la formation professionnelle]”, a-t-elle souligné durant l’ entretien avec Loop Haiti.

Santé. “Nous avons rendu visite au centre de santé Lumière où nous sommes en train de travailler avec les communautés et le Ministère de la santé publique et de la population (MSPP)”, a renseigné la diplomate, avant d’ajouter que deux programmes sont en cours dans cette optique. L’un vise le renforcement de la “santé maternelle et infantile”, l’autre tend à soutenir des familles victimes du VIH-Sida.

Investissement. Pour la représentante de Donald Trump, il n’est pas possible d’envisager le progrès dans un pays sans sécurité. “C’est pour ça que nous voulons continuer notre partenariat avec la Police nationale d’Haiti (PHN), avec la Brigade de lutte contre le trafic de stupéfiants (BLTS), la Police de la frontière (POLIFRONT), la Garde-Côte pour la sécurité maritime ect”.

En ce qui concerne l’armée d’Haiti récemment relancées par le président Moise, pour l’instant, aucun appui de l’international n’a été annoncé. Tous les supports

Bonne gouvernance. Le défenseur des intérêts du peuple et du gouvernement américains en Haiti s’est félicité des support apportés à l’Etat haïtien à travers un partenariat avec la Direction général des impôts (DGI) et aux municipalités visant à fournir des appuis technologiques à ces entités.  Ces projets doivent leur permettre d’avoir plus de transparence notamment sur les recettes fiscales afin que l’Etat puisse mieux servir les citoyens.

Ce sont d’ailleurs, selon ses propos, à partir des avancées enregistrés dans le cadre de ces différents programmes et d’autres projets qu’elle affirme qu’Haiti sera prête à recevoir, en 2019, les 58,000 ressortissants haïtiens déchus du TPS en novembre dernier, suite à une mesure du département de la sécurité intérieure.

Entre temps, le président Jovenel Moise poursuit sa caravane du changement. Lancé dans l’Artibonite, en 2017, ce programme dont on lui reproche une gestion opaque, vient de planter son drapeau dans le département de l’Ouest, en février, à l’occasion du premier anniversaire de Jovenel Moise à la magistrature suprême de l’Etat. Face aux pressions répétées de parlementaires, son premier Ministre, Jack Guy Lafontant, a dû céder récemment en faveur d’un remaniement ministériel, en remplaçant cinq de ses ministres, un choix qui est loin de faire l’unanimité…

RAOUL JUNIOR LORFILS  Source LOOPHaiti

 

Partager l'article

0 Comments

Leave a Comment