mardi, octobre 23, 2018

Tombée en disgrâce devant les autorités haïtiennes à la suite de sa prise de position sur le dossier PetroCaribe, Susan D. Page a été rappelée pour consultation par le secrétaire général de l’ONU pour être enfin remplacée par le Guinéen Mamadou Diallo. Cependant, l’ancien chef de la MINUJUSTH a été nommée au poste de conseillère spéciale du secrétaire général de l’ONU sur l’État de droit.

Remplacé en novembre dernier par Susan D. Page, Mamadou Diallo revient à la tête de la MINUJUSTH. Coordonnateur résident des Nations unies, coordonnateur humanitaire et représentant résident du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le Guinéen dirigera la Mission des Nations unies pour l’appui à la justice en Haïti jusqu’à la désignation d’un nouveau représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Haïti.

Pour sa part, Susan D. Page a été nommée au poste de conseillère spéciale du secrétaire général sur l’État de droit, lit-on dans un communiqué.

Au Conseil de sécurité de l’ONU, le mercredi 3 avril 2018, c’est le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l’ONU, Jean-Pierre Lacroix, qui avait présenté à la place de Susan D. Page le premier rapport des premiers six mois de la MINUJUSTH en Haïti.

C’est la première fois que le rapport sur la mission en Haïti a été présenté par quelqu’un d’autre que le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU.

Depuis le 25 février dernier, Susan D. Page est tombée en disgrâce devant les autorités haïtiennes à la suite de la publication d’une note dans laquelle la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU en Haïti a salué le fait que des juges ont été chargés d’instruire les plaintes concernant le dossier PetroCaribe qui incrimine plusieurs proches du pouvoir en place et d’anciens hauts dignitaires de l’administration Martelly, mentor du président Jovenel Moïse.

Susan D. Page a été nommée le 1er novembre 2018 par le secrétaire général des Nations unies António Guterres en remplacement à ce poste du Guinéen Mamadou Diallo qui la remplace aujourd’hui.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, l’a nommée omme Conseillère spéciale pour la mise en œuvre des recommandations de la Cellule mondiale de coordination des activités liées à la promotion de l’état de droit. Comme Conseillère spéciale, Mme Page appuiera la mise en œuvre des recommandations de la Cellule mondiale de coordination des activités policières, judiciaires et pénitentiaires de promotion de l’état de droit au lendemain de conflits et d’autres crises, selon un communiqué de l’ONU.

La MINUJUSTH, dont le mandat a récemment été prorogé jusqu’en avril 2019 par le Conseil de sécurité de l’ONU, a été créé en octobre 2017 avec pour mission d’aider le gouvernement à renforcer les institutions de l’État de droit en Haïti, à appuyer et à développer la Police nationale.

Robenson Geffrard Source Le Nouvelliste

 

Partager l'article

0 Comments

Leave a Comment